(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Catalogue des tableaux anciens et modernes, pastels, dessins et aquarelles .."

Msamm 



K 



wx 



■il 



JMJHH 
jgpTWW 



Wk 


J>m 


; M 


5 

■ 


A, 



*A 






Ê* 







5^K 






fc« ...Vx^^'^V"^ 



* a 



A* 



»# 









'*,* 







'«' 



."*•«•< 



\+ . < 



•Vî 



£\ £&<&*» 



^v 



'*&kv4 



1% '1. . 



/W 



• ' rfc 



LIBRARY OF THE 

John G. Johnson Collection 

cnv or iMiiiAni i i-iiiA 



'VJ 



%r-. 



*&* 



AV 




.' V 



^s 



1 v- 



J!«*r 



>â. V? 



. -• 



Sv 



n Vv 



JhW 



Digitized by the Internet Archive 

in 2013 



http://archive.org/details/dedessinOOhtel 



VENTE APRÈS DÉCÈS 

Collection de M me la Marquise du PLESSIS- BELLI ÈRE 

iNEE DE PASTORET 

Provenant du Château de Moreuil 
et de l'Hôtel Rouillé-de-1'Étang (Place de ta Concorde) 

CATALOGUE 

des 

TABLEAUX 

Anciens et Modernes 
PASTELS, DESSINS ET AQUARELLES 

des Écoles Italienne, Espagnole, Française, Flamande et Hollandaise 

Œuvres importantes 

P kF 

David, Paul Delaroche, Ingres, La Tour, etc. 

SUITE DE TABLEAUX DÉCORATIFS peints par HUBERT-ROBERT 

donl la Vente aura lieu : 

HOTEL DROUOT, Salues N os 5^6 
/ .es Lundi 10 et Mardi i i Mai iS<i~. à deux heures 

EXPOSITIONS : Salles N 5, 6, 7 & 8 
Entrée pan la nue Grange Batelière 



l'A II r ICC [. IERI 

Le Samedi 8 M;U 1897 
de 12 heures .1 fi heures 



PUBLIQUE 

Le Dimam txe 9 Mai 18 97 
de l h. et <lciiii<- à r, h. el di raie 



M c Georges DUCHESNE 

• OHHISSAIRB-PRie 

6, rue de Hanovre, 6 



M. Henri HARO 

PE1N 111 -1 

l '1. rue \ isconti el rue Bonaparte 20 



1897 



Cl CATA1 0GU1 SE DIS 1 RIBU1 A PARIS 



CHEZ 



NT Georges DUCHESNE M. Henri HARO 









de Hnnovn ■«. ' ' irte,2n 



CONDITIONS DE LA VENTE 

Elle sera rail implant. 

I ,. acquéreurs payeront cinq pour cent en plus i\u prix d'adjudication. 



Il nous a paru utile el intéressant de rechercher les origines de la 
collection que nous mettons en vente et d'en tracer un historique rapide. 
Aussi sommes-nous heureux de pouvoir le faire grâce aux documents 
et renseignements que nous devons à l'obligeance des descendants de 
la famille. 

Par le beau portrait qu'il fit de M"' 1 liouillé de l'Étang, Latour est 
le premier peintre qui inaugura cette collection ; il exposa ce pastel en 
1738 ' . Du reste, ami de la famille, il \ lil successivement plusieurs 
portraits. 

En I77G, M"' u Rouillé de l'Etang el son lils,qui était trésorier général 
de la police, firent construire un hôtel place Louis W el appelèrent 
Hubert-Robert pour le décorer . Comme on le voit par son portrait, 
où elle s'est plu à se faire représenter au milieu de ses livres, 
M"" Rouillé aimait les arts et la littérature; aussi ses nouveaux salons 
devinrent-ils le rendez-vous de tout le monde artistique de l'époque. 
M Ue Piscatory, sa petite-fille, épousa, le 14 juillet 178'J, le marquis de 
Pastoret. On n'avait ce jour-là aucune inquiétude grave sur le résultat 
d'une manifestation populaire, el la prise de la Bastille ne fui connue, 
à la place Louis \Y. qu'à la lin de la journée. 

David, un des hôtes assidus de la maison, lui choisi sers 1792 pour 

(1) Ce portrait figure dans notre catalogue sons le n« 162. 

(2) La suite de ces lableaux décoratifs sont décrits sous les n M 71 à s:;. 



I V 



faire le portrait de la marquise de Pastorel il la représenta assise .1 
côté du berceau de son enfant 

Puis la Terreur arriva. M""' Piscalorj el la marquise de Pastorel se 
réfugièrent dans une petite maison à Passy, rue Bois-le-Vent. C'est 
dans reite maison, ou elles se trou vaienl à cote de M Chalgrin, tille de 
Vernet, qu'elles furent arrêtées en même temps que leur ami André 
Chénier, qui venail les prévenir du danger qu'elles couraient. Plus 
heureuses qu'André Chénier el que M"" Chalgrin qui montèrenl sur 
l'échafaud, d Piscalory el la marquise de Pastorel échappèrent au 
-■il 1 qui les avait menacées. 

Après la Révolution, M. Mouille de l'Etang fut un des premiers a 
rouvrir ses salons, dont la marquise de Pastoret, sa nièce, faisait 
honneurs. Les artistes en renom \ accoururent de nouveau, à l'excep- 
tion de David avec lequel toute relation avait cesse pendant cette période 
mouvementée; aussi David axait conservé dans son atelier le porlrail de 
la marquise. Ce portrait rentra dans la famille à la vente qui suivit la 
mort du peintre en 1825. 

Le marquis de Pastorel continua les traditions artistiques de ses 
beaux-parents et leurs relations avec les Vernet, Delaroche . etc. Sa 
grande fortune el la haute situation que lui donna sa position de grand 
chancelier le mirent à même de satisfaire ses goûts. Il acheta de nom- 
breux tableaux el objets d'art, el forma la collection qui fui continuée 
par son fils, \medee de Pastorel, lequel se lia d'amitié avec Ingres et 
était, comme lui, membre de l'Institut. Il lui lit faire son portrait en cos- 
tume de conseiller d'Étal . cl lui commanda plusieurs tableaux, entre 
autres V Entrée à Paris du Dauphin, depuis Charles V 

le portrait esl catalogué sous le n» 23. 

Delaroche lit son porlrail en costume de grand chancelier. N' 27 du catalogue. 
:; N 85 <lu catalogue, 
i \ 8G du catalogue. 

Voici ce que M. Ingres écrivait au sujet de la commande qui venail de lui être faite i 
dernier tableau : 

< M Renard m'a remis votre obligeante lettre el le porlrail de votre pèro : je me trouve donc 
• riche en matériaux pour traiter dignement cet homme de bien el de coui 
Croyez bien, Monsieur, que j'ai toujours regardé a honneur ■ r une belle action dont 

l'honneur rejaillit jusqu'à vous el qui est une vertu de famille qui la distingue si éminemment; 
il m'a manqué ju qu'ici el bien essenliellemenl l'ouvrage Monuments J( l.i Monarchie fran- 
Monfaucon. Je le possède chez moi depuis peu de jours seulement. Là j'ai loultrouvé 
pour donner à loul sa juste physionomie el sa couleur sans lesquelles un tableau d'histoire 
• si toujours mal traité el imparfait. J'ai arr< omposilion au momenl où \<uis l'aviez vous 

même si bien indiqué lorsque le Dauphin arrive au Louvre, ramené par Jehan Pastorel, con- 
ml la marche, el le toul enrich desesi liisloriqu s. Je vou nouveaux 

que votre notice vient de me donner; rien ne manqui 



v — 



A la mort de M. de Pastoret, sa fille, la marquise du Plessis-Belliére, 
hérita de l'hôtel et des collections qu'il renfermait. Après la guerre de 
1870, elle les transporta au château de Moreuil où elle fixa désormais sa 
résidence. 

Les œuvres de celle galerie dont la formation remonte déjà loin, 
comme nous venons de l'indiquer, vont être dispersées aux enchères 
par suite du décès de la marquise du Plessis-Bellière. 

On doit remarquer qu'il devient de plus en plus rare, de nos jours, 
de voir réunis dans une même galerie des éléments aussi variés. Ici les 
amateurs el les collectionneurs trouveront d'intéressants et importants 
tableaux de toutes les écoles, depuis les primitifs italiens jusqu'à notre 
école de 1830. 

Henri HARO. 



rassembler toul ce que j'ai d'intelligence pour donner à cet ouvrage toute la perfection dont je 
suis capable. 11 aurait pu à la vérité être déjà fait ou bien avancé sans les petits obstacles ci- 
dessus et je vous demande sur ce point toute votre indulgence. » 

Et dans une autre lettre du 20 juin 1821, il écrivait encore a propos de ce tableau: 

« Ce epue j'ai à vous dire de mon ouvrage seulement est que j'y ai mis du soin et de la 
conscience, le bien et le mal. vous voudrez bien me le dire vous-même, Monsieur, je n'ai rien 
omis des détails épisodiques, de la notice, et me suis bien attaché a lui donner la teinte phy- 
sique el morale de son siècle .le me suis permis seulement de donner des cheveux lon^s à 
notre héros, car il n'existe pas d'exemple parmi les monuments de ce siècle qu'on les portât 
autrement. » 



TABLEAUX 

ANCIENS ET MODERNES 






DÉSIGNATION 



v x v x 



ALLEGBI (Antonio, dit le Corrège) 

(École de) 

X 

1 — Tèle d'Entant entourée d'une couronne de lierre. £/ * 

T. — M., n ,26. L., 0"\21. 



ALLOlvI (Christophe) 
2 — Loth fuyant Sodome. 



T — H., l m ,88. L., 2 ',32. 



BARBIEBI {dit le Guerchin) 
4 — Jésus et la Samaritaine. 



B. — II., i»,20. L.. i ;68 
2 



y*%? 



BALEN (Van) et BREUGHEL DE VELOURS 
3 — -La Vierge, l'Enfant et saint Jean dans un pavsage. 

G. — H., m ,18. L., m ,2 



fa 



— 1(1 



V 



BONIFAZIO 

9 



5 - Sainl Jean-Baptiste. 



I). — H.. !",18. I. . ■ . 



BONIFAZIO 

i École de) 
/ (ffo r > La Vierge allaitant l'Enfant Jésus. 



B. — H.. 0»,55. L.. ft»,42. 



/<?0 



BOUCHER (François) 

( Ulribui 

7 — Les Amours dans l'empire de Neptune. 

T. — II.. 0",72. I... 0",20. 



/<? é 



BOUCHER 

( École «Ici 

.!cii\ (reniants : la Raquette. 
Tableau déo u atif. 



T. - II.. r.ir>. L., 1-.47. 



V 



9 - Jeux d'enfants : le Palel 

Pendant «lu précédent. 



T. — Il .. !il ) ..: 



— Il — 

BOUCHER 
(École de) 
10 — Le Renard et la Cigogne. / £<? 



Tableau décoratif. 



T. — H., 0",80. II., ii ',70. 



11 — Bertrand et Raton. /^ 

Pendant du précédent. 



T. — II.. B ,80. I... (T,"0. 



CHAMPAGNE (Philippe de) 
12 — Portrait de Duvergier de I [auranne, abbé de Saint-Cyran. 

Vêtu d'une soutane noire, recouverte d'un surplis blanc, il est représenté 
assis dans un fauteuil, tenant une plume de la main droite. Devant lui, sur 
une table, un pupitre avec une lettre commencée, des livres, une sonnette, un 
bâton de cire rouge et un cachet; à gauche, une petite table portant un livre 
ouvert. Au fond, un lutrin à pied richement sculpté avec également un livre. 

T. — II.. l»,92, I... 1»,31. 



CHAMPAGNE (Philippe de) 
? 

13 — Portrait de saint Vincent de Paul. 

Coiffé d'une calotte noire, le saint est debout et vêtu d'une soutane noire avec 
collet blanc attache par des gland-.. Il pose une main sur sa poitrine, l'autre 
s'appuie sur une table couverte d'un tapis; à un doigt de sa main gauche est 
passé l'anneau de docteur. 

A droite, en haut, on lit : Etatis 76, An' 1655. 

B. — H.. t'MI. 1... 0",81. 



ffû 



//a 



— 12 — 

(Il \\ll> \(.\K (Philippe di - 
t Ulribué à) 

//l'y 1' — La Vierge el l'Enfanl Jésus. 

I H ,85. L., 0°,61. 

CHAMPM \i;i'l\ (Charles Émili i 
. -» , 15 Portrail d'Emmanuel, duc de Grussol, en 1831. 

I . I! 

( . I M \ DA CONEGLIANO 

i Utribut 
16 — La Vierge el l'Enfanl Jésus. 

</ O O Sur les genoux de la \ ierge, l'Enfanl Jésus couché ii«'nl un fruit dans les 

mains; à gauche, saint Jérôme porte un livre orne d'un fermoir et, à di 
sainl François d'Assise portanl également un livre. Fond de paysage et de 
montagnes. 

B. —H., 0",60. L., 0-.89. 






COIGNET (Ji les) 
17 — Vue prise aux environs de Subiaco. 

Signé à gauche. 



T. — II., u'.ij. I. , 



( < )sl\K ) \\,,i , dit i t Bronzino) 
y/y i^ Portrail de Corne de Médieis. 



B. — H., 0",96. L., o».-;i. 



— 13 - 



COSIMO (Ange, dit le Bronzino) 

19 — Portrait de Femme romaine. 

Vue presque de face, elle porte un riche costume l n«>dr* d'or el un manteau 
vert. 

B. — II., o .'.',. !... (i ,:!2. 



COSIMO (Ange, dit le Bronzino) 

(École de) 



20 — Portrait de Dame. 



T. — H., O'^ôT. L., m ,45 



'V 



tt 



/Z <?&J 



DAVID (Louis) 
21 — Portrait de la Chancelière de Pasloret. 

Vêtue d'une robe blanche décolletée, elle esl assise près du berceau de son 
enfant el occupée à un petit ouvrage de broderie. D'un mouvement gracieux, 
elle vient de tirer son aiguille et regarde devant elle, montrant son joli visage 
encadré de cheveux blonds bouclés naturellement. 

Cet agréable portrait rappelle comme facture celui de M mo Récamier que 
nous possédons au Louvre. 

T. — II.. l»,29. L., r,97. 



DAVID (Louis) 
? 

22 — Tibérius Gracchus à la tribune*. <J^Û 

T. — 11.. 0»,48. L., 0-.38. 



— r, 

l)\\ II) (Loi is, 
i attribué à i 

? . 23 — I .;i Morl de ( lamille 

T. — Il h '•">. L., 0=,50. 



4 

/ 



24 — Le Sermenl des Horaces. 



T. — II.. 0",33. 1. . •' . .1 



/ 4 o J 



DELAROCHE (Paul) 
25 Porlrail du Chancelier de Pastoret. 

Il esl représenté de race, assis dans un grand fauteuil, el porte ses habits de 
cérémonie, une simarre de salin violel avec ceinture à glands d'or, une robe 
.(■lours violet à larges manches aux revers de satin cramoisi, une grande 
cravate de dentelles, au cou l'ordre du Saint-Esprit et, sur la poitrine, d'autres 



x_9r < e*. ' 

décorations. S'accoudanl sur le bras du fauteuil, il appuie légèrement sa tête 

pensive sur sa main droite. 






- e 



IL. I ',55. I... I ,22. 



26 Porlrail du Chancelier «le Pastoret. 

Très belle esquis • 



H., 0-.48. L., 



DESBORDES (Consi ust) 
y y^ 27 Portrail d'Hervé de Rougé, enfant. 

droite el date tR16 



T. — il., d". .:»'.. I.. 



- 15 



DESPORTES (François) 



28 — Chien de chasse. Fruits et Gibier. 

\u pied de grands arbres, un banc de pierre sur lequel est posée une jatte de 

porcelaine de ('.lune remplie de fruits. Au-dessous, des figues; à terre, des 
perdn\. Un chien épagneul blanc et feu regarde comme en arrêl le gibier. 
A gauche, dans le fond, une éclaircie. 

T. — II., <T,95. L., 0'",78. 



Forme ovale. 



T. — H., (r,55. L., fr,46. 



/*/■ 



DKOUAIS 
i École de) 

29 — Portrait de petite Fille. y <? & 



/° 



a 



DUCIS (Louis) 



30 — Portrait de Louise-Alexandre de Neufermeil, enfant. 

Elle est représentée debout sur une terrasse dominant la campagne, vêtue 
d'une robe blanche; elle relient son grand chapeau de paille que le vent menaçait 
d'emporter. Un panier rempli de fleurs est à son bras. 

T. - 11., I-.46. I... I",15. 



DYGK (Van) 

(Attribué à) 
31 — Saint François d'Assise. / 

T. — H.. 0-,62. L., 0™,51. 



— 16 — 

DY( l\ \\TOIM \ W I 

(Attribué à) 
/#& 32 Pietj 



/ v 



C. -H., 0",3 i 



ÉCOLE BYZ UNTINE 

;:; — La \ ierge el l'Enfanl Jésus. 



B. — H., 0-,64. L.. 0»,41 



ÉCOLE DE COLOGNE 

34 — Piela; triptyque. 

/. c ~C ^ Panneau principal. — La Vierge, assise au pied de la croix, soutient le corps 

de son di\in fils; derrière, saint Jean et les saintes femmes. Fond de paysage. 

II : .:. 1. ,65. 

Volet de droite. — Quatre personnages: deux évoques et deux religieux. 
Volet de gauche. Les apôtres, désignés chacun par l'instrument de leur 

martj re. 

II., t-,24. L., m ,52 



ECOLE ESPAGNOLE 
f£ 35 Le Pèlerin. 



T. — Il . 0»,46. !.. 



36 Portraii de femme 
Ovale. 



C. — il.. D-,09. 1-. ' " ■ 



- 17 - 

ÉCOLE FRANÇAISE 

37 — Portrait de Marie-Jeanne de Colbert, comtesse Alexandre f£ 

de Neufermeil. 

Elle est représentée debout sur la marche d'un petit autel antique de forme f ^3^ 

ronde et orné d'un bas-relief représentant l'Amour bandant son arc. 

T. — II., o m ,5G. L., 0",43. 



38 — Portrait de Célestine-Emmanuelle de Crussol d'Uzès, ^Ç^c? 



marquise de Rougé. 



39 — Portrait de Louis XV (enfant). 



H., m ,60. L., m ,50. 



T. — II., 0'",88. L., n ',7/.. 



T. — H., Û'",7i. L., ,n ,60. 



41 — Intérieur du temps de Louis XVI. 



42 — Portrait d'Homme. 



T. — II., <r,65, L., m ,50. 






00 



40 — Portrait d'Homme. S '/S 

/ 



/'^O 
^/2* 



^z^ 



43 — Portrait d'Homme. Époque Louis XIII. ^3 ,P f < 

T. — II., 0*,lô. II., 0™,6i. 

44 — Portrait d'Homme. Époque Louis XIII. y y 

T. - H., 0<°,<36. L., 0-,B7. 
3 



— 18 — 



ECOLE FRANÇAISE 
/ c <? ■ '■• — Portrait de Louis Bonabes, marquis de Rougé. 

Forme ovale. 

T. — H., 0°,59. L., 0",46. 

16 — Portrait du Dauphin, depuis Louis XVII. 

T. — H.. 0",56. L., n /i5. 

%.' j \~ — Portrait de dame de qualité; époque Louis XIII. 

/ 

Forme ovale. 

B. — H., 0",34. L., m ,27. 

J <r i8 — Portraits de Louis XVI et de Marie-Antoinette. 



' 



/% 



T. - 11.. ,H. !.. 0-.15 



19 — Portrail d'homme. Époque Louis Mil. 

Ovale. ^A^ ~~«*' <Z~*U~~ 



C. — II.. m ,()7. L., 0",06- 



50 — Portrail d'homme. 



ECOLE ITALIENNE 

r>i — La Vierge el l'Enfant. 

Forme cintrée du haut. 

li. — II., 1 ra .IHI. I... 0",SJ 



/// 52 Sainte Famille. 

/ 



!.. - Il . ,93. I. , 0",0tt. 



19 — 



ECOLE ITALIENNE 



53 — La Vierge et l'Enfant Jésus. /& fg 

B. — L., O-^/i. L., O m ,65. 



54 — Le Repos pendanl la Tuile en Egypte. 

M. — II., m ,2o. L., 0°,25. 



55 — La Vierge aux roses. 



B. — H., m ,30. L., ,23. 



56 — Portrait d'un jeune homme. 



Autour du portrait, on lit : .Etat... sua; 16 anno 1502. 
Forme ovale. 

C. — H., m ,06. L., 0»,045. 



ÉCOLE FLORENTINE 



V 



y* 



Elle est debout. les bras croisés sur sa poitrine, et contemple l'Enfant Jésus yj^ 

couché à terre sur un coussin rouge. Derrière, un massif de roses lient tout le 
fond du tableau. 



• , 



57 — La Nativité; l'Adoration des bergers. ' c 



T. — H., 0-,41. L., 0°,3t. 



ÉCOLE DE SIENNE 
58 — Vierge et Enfant Jésus. J? &û 

fond d'or. 

B. — II., 0">,63. L., (T,i7. 



20 — 



ÉCOLE HOLLANDAISE 
59 — Portrait d'homme. 



V 



T. — H., m ,5'«. L., n ,46. 



GO — Portrait de femme. 



//O 



Ovale. 

C. — H., m ,065. L., Cr.OK. 



EYCK (Van) 

(École de) 

61 — La Sainte Trinité. 

Dieu le Père, la tête ceinte d'une tiare, est assis sur un trône entre deux 
colonnes; il soutient une croix sur laquelle sonl le Chrisl el le Saint-Esprit. 
De chaque côté du l'ère Éternel, des anges tiennent des attributs. 

B. — H., 0",44. L., 0-, ■■ 



FRAGONARD 

(D'après) 
^O G'2 — Le Chiffre d'amour. 

1 . — II.. o\-M. L., 0»,2i. 



FRANS FLORIS (de Vriendt) 



G3 — Vierge et Enfant. 



// 



La Vierge assise soutient rEnfanl Jésus prêl à saisir la pomme qu'elle tienl 
dans sa main droite. A droite, sur une lablc, on voit une coupe remplie de 
fruits, sur laquelle esl perchée une perruche. Derrière la Vierj e différents épi- 
sode de la ruite en É yple S auche, dans un paysage on aperçoil les 
eoldal d Hérodeet, pa ;anl sur un pont, la Vierge, rEnfanl Jésus el i I 
j ph fuyant. Sur la droite, la Vierge • repose pendant que saint Joseph 
mène l'anc se désaltérer. 

B, — !! 88 !.. " 70 



G7 — Le Maréchal duc de Joyeuse au couvent des Capucins. 

Révolu de l'habit des capucins, il est a -sis sur une chaise grossière entre 
un poêle de faïence et une table commune; sa main gauche tient un mouchoir 
à carreaux et sa main droite s'appuie sur la table où se voient des livres, le 
bâton fleurdelysé de maréchal de France, une armure el un verre rempli de 
vin. Au mur de la cellule sont suspendus un grand chapelet el le cordon bleu 
de l'ordre du Saint-Esprit. 

Signé à gauche et daté Paris 1825. 

T. — H., o m ,4i. L., m ,33. 



— 21 — 

GELDER 

? 

64 — Les Adieux d'Armide el de Tancrède. S 

T. — H., m ,88. L., 1 m ,23. 

GÉRARD (Marguerite) 

65 — Portrait de Louise-Alexandre de Neufermeil, marquise de ^^ 

Pastoret. 

T. — H., m ,60. L., 0°,50. 

GOLTZIUS (Henri) 
GG — Mariage mystique de sainle Catherine. 

La Vierge est assise sur le haut des degrés qui conduisent à un riche por- S ■*& & & 

tique, orné de colonnes voilées en partie d'une draperie rose; sur ses genoux, 
l'Enfant Jésus montre à sainte Catherine l'anneau qu'il va passer à son 
doigt. La sainte, une couronne sur la têle et velue d'une robe de brocard d'or, 
s'agenouille à demi au bas des marches, étendant sa main qui est soutenue 
par un ange; un peu en arrière, un jeune homme porte, en l'écartant, l'extré- 
mité de son manteau. A gauche, des anges chantent ou jouent de différents 
instruments. Au milieu des nuées, des anges apportent une couronne et les 
palmes du martyre. 

C. — H., m ,53. L., m ,37. 

GRANET 



sac? 



— 22 — 

HELST (\ vn der) 

9 

;.y 68 l 'ortrail «le Femme âgée. 

T. — II. L. 0-.49. 



/;■ 



■>/ 



HERSENT d.oi is) 

69 Portrait de Marie-Jeanne de Pastoret, comtesse de 
I lougé. 

, , i s , t U e d'un riche costume de satin el coiffée d'un chapeau orné d'une 
plume. Un épagneul esl à se! côté 
Signé à gauche di logramme el daté 1837. 

T. — II.. i-.io. L., 0",90. 



I [ESSE « Alexandre) 
70 Portraitde Bonabes Alexis, marquis de Rougé. 

i;, ,,,, en té debout, la télé tournée vers la droite, il porte l'uniforme de lieu- 
tenanl colonel des Cent-Suisses sous la Restauration. Sa m. un gauche s'appuie 

un bi ' po nme d'ivoire, insigne de son commandement, el Ba 

main droite Licnl un gant. 
Signé à droite el daté 1837. 

I . Il m 92. L., 



HUBERT ROBERT 

^ 71 — Aqueduc en ruine. 

z j j y • 

i | iqueduc en ruine embrasse presque tout le fond du tableau. \ gauche 

un iticule, un paire el son chien surveillent le troupeau qui va e déi al 

in d'une ronlaine surmontée de la statue de Minerve. I n jeune 
homnv la c on chapeau au jel de la fontaine. 

I. II., ,81. I •■ I",38. 



— 23 



HUBERT-ROBERT 



72 • — Pont sur une cascade. 

Devant un pont surmontant un barrage, un homme est occupé à couper des 
roseaux sur la rive. Auprès d'un bœuf couché, un autre personnage s'appuie 
sur un cheval blanc. Vers la gauche un petit bouquet de peupliers prés d'un 
amas de rochers. 

T. — II., m ,81. L., 1 m ,38. 



rV a O 



73 — Paysage. 



Près du bassin d'une fontaine en ruine, voisine d'un arbre dénudé, une jeune 
laveuse regarde son chien couché à côté d'elle. Le fond du paysage est traversé 
d'un petit cours d'eau el borde de montagnes. 

T. — H., 0"',7s-. L., l m ,38. 



/ejo 



74 — La Grotte. 



Montée sur un âne et conduisant un cheval par la bride, une paysanne 
pénètre dans une grotte baignée d'eau ; un chien jappe aux nouveaux arrivants. 
Fond de paysage aperçu par l'ouverture de la grotte. 

T. — H., 0"\77. L., I m ,38. 

Ces quatres tableaux formaient les dessus de porte. 



Sfo 



75 — Paysage et Ruines. 



Des femmes lavent leur linge dans le bassin d'une fontaine abritée d'un pin 
parasol et surmontée d'un vase de pierre orné de bas-reliefs. Vers la droite, 
un homme debout sur des ruines les regarde. Dans le fond, un rideau d'arbres 
coupé par une allée où se trouvent deux femmes, dont une montée sur un 
âne. A gauche, petit temple à demi caché par la verdure. 



T. — II.. I vif.. L., 1-.41. 



70 — Temple en ruine. 



Au pied d'un grand pin parasol, une fontaine, représentée par une femme 

tenant deux urnes, alimente un petit bassin entoure de nombreux personnages ; 
deux femmes lavent du linge, une autre puise de l'eau pendant qu'une jeune 
fille se prépare à se livrer au plaisir du bain. Riant fond de paysage ayant 
vers la gauche un temple en ruine, auquel on accède par des marches. 
Signé à gauche sur le socle de la fontaine et daté : Rome 1784. 



S3/ 



O 







*jf<? 



_;> _ 



T. — II., 1-.65. L., 1™,06. 



— OA 



HUBERT ROBERT 
77 — Ruines d'architecture. 

f* y t ^ i \i pied d'une colonnade en ruine, deux femmes et un enfant se chauffent 

s S près d'un petit feu de bois, pendant qu'une autre tenant une amphore sur son 

épaule descend un escalier. Au premier plan, un paysan contemple une statue 
mutilée. Vers la droite, un homme drapé dans un grand manteau rose se 
tient debout sur un fragment d'architecture. Au fond, à gauche, une éminence 
surmontée d'une petite construction et d'une longue terrasse plantée de 
peupliers, 

T. - 11.. i"'.:,7. L., t-,00. 



^ /8 — L'Obélisque. 

Dans un bois, un obélisque se dresse sur un amas de rochers dont les 
creux servent de gîte à des chiens, auxquels une femme et des enfants viennent 
apporter à manger. 

T. — H., m ,83. L., 0", 

79 — Environs de Naplcs. 

^a<o o 

Une paysanne conduit un bœuf et un cheval a une fontaine surmontée d'un 
vase brisé près d'un grand arbre dénudé. Dans le fond, on aperçoit une 
cascade et plus loin une ville. 

Signé sur le socle de la fontaine et daté. 

T. — H., 2",33. L.. l",42, 

III BERT-ROBERT et SAINT-NON 
-m — Le .Ici d'eau. 

j /» ^ Un jet d'eau s'élance d'un bassin entoure d'une balustrade a laquelle SOnl 

•^•v y appuyés différents personnage . \ droite, une statue de Vénus accroupie sur- 

monte une fontaine où une dame baigne son petit chien, pendant qu'un jeune 
garçon la regarde. Dans le fond à gauche, une charmille ornée de statues 
laisse apercevoir le paie par de grandes ouvertures en forme d'arcades. Sur 
une terrasse à droite, on voit une élégante construction. 

I >ans ce curieux tableau on reconnall la facture libre el spii ituelle d'1 lubert- 
Robert; probablement Saint-Non a fait les figures que l'on voit au premier 

plan à droite. 

Sur le pi< destal de la statue formant fontaine on aperçoit la signature à 

moitié effacée et une date : 1784. 

I . - II.. . I l , 



25 



III BERT-ROBERT 

(École de) 



l^a^^-**t' 



81 — La Cascade. 



Au pied d'un temple, plusieurs personnes regardent une grande cascade qui 
bondit sur des rochers, lui bas, sur la gauche, autre groupe de personnages. 



T. — II., 2 n ,38. L., l m ,54. 



82 — Le Péristyle. 



De nombreux personnages circulent sous un grand péristyle formé d'une 
longue colonnade. \.u premier plan, des pêcheurs sont occupés à retirer un 

filet d'une petite pièce d'eau. Dans le fond, on aperçoit un grand parc orné 
d'une fontaine. 



T. — H., 2 n ,38. L., 1",54. 



83 — Le Portique. 



Au milieu d'un parc, un portique circulaire surmonté de statues entoure un 
jet d'eau. Par des degrés effrités, l'eau vient se perdre dans un bassin placé 
au premier plan et qu'alimente sur la gauche une fontaine figurée par un 
lion. Sur la gauche, également, quatre personnages causent au pied d'une 
statue. 

T. — II. , 2"VÏ0. L., 1«,54. 

Ces trois grandes décorations paraissent être de Crespin, et exécutées sous 
la direction de Hubert-Robert. 



<*/<Z 



/ S <7 <7 



f.JfO 



, 



HUYSMANS (Cornélis) 
84 — Paysage avec Figures et Animaux. 



B. — H., m ,25. L., n ,33. 



' a ■ 



INGRES (J.-D.-A.) 
85 — Portrait d'Amédée David, marquis de Pastoret. 

Debout, vu à mi-corps et de face, il est vêtu île son habit de conseiller en 
drap orné de broderies noires. La main droite dans son habit, il appuie la main 
gauche sur sa hanche près d'une riche épée qui pend à son côté. Près de lui sur 
une chaise sont posés son chapeau et ses gants. 

T. — H., l m ,00. L., 0"»,82. 
4 



f JO 
Ut 






— 26 



INGRES (J.-D.-A.) 
86 — Entrée à Paris du Dauphin, depuis Charles V. 

La conjuration d'Etienne Marcel a été déjouée; le Dauphin s'avance ve 
f.lTÛO L olI v r e, que l'on voil à gauche. Monlésur un cheval blanc, dont le riche harnais 

bleu esl couverl de fleurs de lys. il porte \\\\ vêtemenl brun, un surtout de drap 
d'or et, sur la tête, un chaperon blanc Jehan Pastorel, premier président au 
Parlement, lui présente les magistrats de la ville arrachée, par son • 
celle de Maillard et de Charny, aux mains des Navarrais, et il lui demande j 

r les femmes et les .•niants de ceux qui ont pris pari à l'émeute. I ne femme 
en habits de veuve et des enfants sonl agenouillés aux pieds du prince. V gauche, 
en avant, un héraull Vêtu d'un.- colle lïeurdelysee. Au fond un dais attendant le 
Dauphin et. devant, deux héraults, lenanl l'un le guidon bleu fleurdelyséel 
l'autre l'épée royale. Sur la droite, un homme d'arme- et, derrière, les sei- 
gneurs et chevaliers formant la suite du Dauphin; plus loin, le- hommes du 

peuple. 

né a gauche et daté Rome 1821. 

B. H. h 18 I... 0-.56. 



Jl 



V<? 



87 — Le Christ. 

ne a droit.; et daté \f&^. 



T. — H., (»'°,80. L., o°,00. 



88 — La \ ierge. 



T. — H . BO, L., 0°,66. 



JEAI RAT (Etienni i 
, >/ 89— L'Intérieur d'une Sacristie; époque Louis XV. 

T. - H., ir .-.. II.. (T.lft 



< 










— 27 — 



JOHANNOT (Alfred) 



90 — I ïussnrd à cheval. 
Signé ;'i gauche. 



T. — II.. 0°,65. I... n ,54. 



B. — II., m ,50. L., 0™/i0. 



9'* — Le Départ du Chevalier. 



Signé à gauche el daté 1818. 



95 — Vue de la cascade de Tcrracine. 

Signé à droite cl daté Tivoli 1820. 

LE FEBVRE 

96 — Polirait d'Homme. 



T. — H., 0"'.:,l. L., OV'O. 



T. — H., C",75. L., 0">,62. 



*& 



91 — Pendanl du précédent. 

T. — H., 0™,05. L., 0°,54. * 

JORDAENS 

92 — Etude d'Homme âgé. 



^^ 



LARGILLILRL (Nicolas) 
? 

9:} — Portrait d'Homme. .^ u >^a~* ^ «^ ^*~~_ / 3 <? J 

' T. — H., 0™,59. L., m ,8'i. 

LE BLANC (Horace) 



/<?o 



V 



€fO 



T. — IL, ()'",5«. L., 0'Vi7. 



'* 



28 



LES! El R (Ei stache) 
'.'7 Sainl Bonaventure instruisant ses Religieux. 

1 — II.. I-.15. L., 0™,90. 

LIGINIO (Le Chevalier Jean-Antoine), dit le Pordenonb 
98 — Adoration de la Vierge el de PEnfanl Jésus. 

A droite, la Vierge est assise sur un tronc élevé orné de sculptures; elle 
•J tient l'Enfant Jésus debout sur ses genoux. Agenouillés à ses pieds, deux dona- 

taires revêtus d'armures et de manteaux lui consacrent les deux étendards 
aux aunes de Venise qu'ils tiennent à la main. Derrière on voit trois saints, 
probablement leurs saints patrons. 
Forme cintrée du haut. 

T. — H., 1-.56. L., 1-.01. 

MARATTJ (Carlo) 
y#/ 99 — ■ !-<> Fuite en Egypte. 

y C. — H., U-,18. L., 0"-,28. 

MARCO OGGIONE 
y, 100 — Sainte Catherine d'Alexandrie. 

13. — II., 0*,65. L., 0°>,52. 

MAZZl (>LI (Francesco, dit le Parmesan) 



loi — La Morl de Cléopatre 

/ 



T. — II. I 98. L , 0",74. 

MIEREN l.l.l M.-.I.) 
l"2 — Portrail du Marquis de Spinola. 

• ' y II esl représenté de trois quarts, tourné vers la droite, la tête nue, les che- 

veux couils. Il porte une cuirasse el au cou une grande fraise. 

C. — II.. u-,3i. 1... 0-.24. 



29 



MOLYN (Pierre, dit Tempesta) 

103 — Paysage cl marine: effel de soleil couchant. /(j^C? 

T. — H., 0-.49. L., m ,7/i. 

104 — Clair de lune; paysage. y^ 

T. — H., O'V'8, L., 0=,72. 

MOREELSE 

105 — Portrait d'Homme de qualité. ^SJ* 

B. — H., 0">,61. L., 0"\48. ' 

MURILLO 

9 



■FJa 



100 — La Présentation au Temple. 

Debout à l'entrée du Temple de Jérusalem, saint Simcon tient sur ses bras 
l'Enfant Jésus. La Vierge est agenouillée sur le second degré des marches 
du Temple. Au second plan, saint Joseph remet à un prêtre des tourterelles 
dans une corbeille. Au fond, des monuments. 

T. — H., 0-°,60. L., 0->,79. 

107 — La Vierge et l'Enfant. 

Entourée d'une auréole d'étoiles et d'anges, la Vierge est assise sur des 
nuages, ayant à ses pieds le globe du monde. Elle tient debout près d'elle 
l'Enfant Jésus qui, avec une lance lerminée par une croix, frappe Satan 
représenté sous la forme d'un serpent qui s'enroule autour du monde. 

C. — H., 0™,54. L., OV'O. 

MURILLO 

(Lcole de) 

108 — La Vierge au Rosaire. jf&(J 

T. — II., 1-.70. L., 1™,15. 



f/<? 



109 — Le petit Pasteur. 



T. — H., 0°>,55. L., 0-.68. s4*& O 



— :5o — 

NETSCHER (Gaspard) 
? 

I K) — Polirait présumé «le Ninon <lr Lenclos. 

T. - 11.. I-.23. L., I-.02. 

o\\\.\:\ <\ xm 

I École de) 
\ 111 — La \ ierge (-1 l'Enfant. 

L'Enfant, posé sur une table, relève en riant le voile de la Vierge donl il 

est à demi enveloppé. A droite, une ouverture laisse voir le paysage. 

li. — 11., û-,64. L., 0-.50. 

PALMA ».l vcopo, dit le \ ni \ i 
'0 112 — L'Adoration des Mages. 



V/ 



T. — H., l m , r »7. L., l'M 



PANNIN 



S g 1 13 — La Fontaine. 

Signé à droite. 



T. - il . 0»,74. 1.., ■ 



1 1 \ — Ruines. 

Pendant <lu précédenl 



T. — Il . .:■. I . i 



PENTOJ \ DE LA CRI \ (Ji vn) 
l i:> — Portrail d'Infante. 



T. — Il . 0»,86. \. . I 



- 31 — 
POLIGNAC (SlDONIE DE) 

1 16 — Portrait de Marie-Thérôso do Rougé. ^ O O 

T. — H., 0">,60. L., 0™,50. 



POl SSI\ (Nicolas) 
? 

117 — La Sainte Famille. J> & 

T. — H., 0™,65. L., n ,54. 



POUSSIN (Nicolas) 
( Utribué à) 

118 — Le Triomphe d'Amphitrite. ^ ^^ 



*S< 



La déesse, assise sur un char traîné par des dauphins, est entourée de 
sirènes et de tritons. Y sa gauche, Neptune conduit un quadrige. 

T. — H., 1»,24. L., I»,48. 



PRIMATICO {dit le Primatice) 
(École de) 

111) — Portrait de Dame de qualité. 

B. — H., 0™,60. L., 0-,45. 



Ql ERFURT 






2 



120 — La Halte. 



C. — H., 0°>,20. L., 0»,29. 



121 — Le Départ pour la chasse. 

Pendant du procèdent. 



C. — H., 0»,20. L., 0»,29. 



RIBERA (Joseph) 

< École de) 

122 — Les Apôtres sain! Pierre el sain! Paul. 

T. — H., I",63. L., 1-.it. 



RIBERA (Joseph) 

i École de) 
,- f 123 — Sainte Famille. 

RIGAUD (IL \< iinthe) 
I Utribu« 



T. — H., 0-,9'j. L., " .:j 



124 — Portrait de Louis de Bourbon, comte de Toulouse, grand 
' / j O amiral de Franc< 

Il esl debout, en grand costume d'amiral, cl lient de la main droite son 
bâton de commandement. \u fond, la mer. 

< e tableau doil être une répétition laite sous la direction de Rigaud <|ui en 
(it faire plusieurs dans son atelier. 

T. - H.. l m .:is. L., t-,05. 



— W.i — 

R013USTI (Jacopo, dit le Tintoret) 
? 

125 — Portrail de l'amiral Pisani. y?^ & 

11 esl représenté de trois quarts, couvert d'une armure s'appuyanl de la 
main droite sur sou casque et tennnl de la main gauche le pommeau de son 
épëe. Derrière lui. une draperie rouge. Par lu fenêtre ouverte on aperçoil une 
flotte et, dans le fond, une ville assiégée. \ gauche, on lii l'inscription suivante : 
PETRVS. PISANI. IN. OMNI. S\ V \<.TH>\K. VIR. INTEGERIMVS 

T. — II., l«,27. L., 1"'.IJ. 



ROSA (Sm.vator) 
L2G — Une Bataille. 

T. — II., m /i5. L., 0»>,34. 

IU BENS (P.) 
? 

127 — Mariage mystique de sainte Catherine. 

La Vierge est assise; elle tient l'Enfant Jésus sur -es genoux. Sainte 
Catherine magnifiquement parée avance la main pour recevoir l'anneau que 
lui présente Jésus. Entre l'Enfant el la Sainte un ange aux ailes irisées re- 
garde cette scène. A droite, dans l'ombre, deux personnages; devant eux 
un fragment de colonne sur lequel sont posés des fruits. 

13. — H ., I m ,00. L., l m .!'2. 

RI BENS d*.) 
I École de) 

128 — La Vierge, l'Enfant, sainte Elisabeth el sainl Jean. 

La Vierge est assise par terre; elle tient sur ses genoux l'Enfant .1 
qui la regarde avec tendresse tandis qu'un mouton, sur lequel est monté le 
petit saint Jean, lui lèche la main. Sainte Elisabeth aide saint Jean à se 
soutenir sur le mouton. Au fond une colonne et un paysage. 

T. — II., 1V.5. L., i",13 
5 



/SU 



S./J& 



S & & O 



i — 
\\\ VSDAEL (Smxx 



129 • Paysage 



^oo 



Au premier plan, sur une éminence, on voit passer un chasseur pr 
d'un grand chien lévrier poursuivant un lapin prêt à rentrer dans son terrier: 
sur la gauche, un autre chasseur est accompagné de plusieurs chiens. Au pied 
de cette éminence, <>n voit le village cache à demi dans les arbres el dominé par 

1 1 ici moulin. Plus loin, la plaine cou: et de ha i 

jusqu'aux dunes qui, sur la droite, laissent apercevoir la mer. Ciel nuageux. 

Monogramme à gauche. 

B. — Il 



SALA I, dit Sasso-Ferr \ i o 
30 I ..i \ ierge. 



T. - II.. ,51. t. . 



STELLA (Jacqi es) 



131 \\ mphe el Satyre. 

Forme ronde 



11. - 11.. ,12 I... 



fû 



TENIERS (David) 



1 32 — I À \\ ( larde de nuit . 

I ,i homme d'armes, tenant une lanterne allu l ta Ce précédé et suivi 

dechiem Dai h fond, la garde poursuit des voleurs. ^. droite, des maiso 
haut pignon se détachent sur un ciel sombre. 

r, II" 34. i 



— :?5 — 

TISIO (Benvenuto, dit le Garofalo) 

•> 



1 33 — L' Annonciation. 

I ,a \ ierge esl à i enoux, vêtue d une robe rose et d un long manteau bleu qui 
traîne à terre; près d'elle, à droite, un prie-Dieu sur lequel esl un livre 
ouvert; dans le liant, le Suint -Espril apparaît. \u fond de la chambre, un dres- 
soir couvert d'une nappe, avec un plal <•! un vase; une fenêtre ouverte laisse 
voir le paysage. 

B. — Il 33. I.., 0"Y27. 



TRUCHOT 

134 — Los Orphelins. f C 

Si^né à gauche el date 1819. 

T. — II.. m ,46 L., '.'.". 



VAGCARO ( Andréa) 
135 — Sainte Claire. 



VALENTIN (Le) 

9 



I 36 — ■ La Vendange. 



r<? 



T. — II.. 0",5i. I... ',39. 



T. — II., l m ,35. L., 1™,70. 



/o> O 



\ ECELLI (Tiziano, dit le Titien) 
i École de) 



137 — La Sainte Famille. 

T. — II., o in ,. 7J. L., 0»,73. 



_ 36 — 



\ ELASQÏ EZ 



138 _ Portrait indiqué comme étant celui du duc d'Ossuna. 

& /& Debout, la tête nue il esl vêtu d'un riche costume gris orné d'un col el 

de manchettes en dentelle. Il appuie une main sur sa hanche el tient de 
l'autre un chapeau de feutre à larges bords; son épée esl passée sous 
son bras. 

T. — 11.. i ',16. 1 



\ ELASQÏ EZ 

i i.. oie 
139 — Portrait d'homme. 



x£oO 



T. - 11., ,70. 1... 



\ KUlUKilHO | ANDREA) 



y j i 10 Le Temps. 

' Jeune enfanl tenanl un sablier. 



B. — H . i0 l 



VÉRONÈSE (Paul) 
i Utribué à) 

i ', i — La Présentation. 

T. —H " 6 i " . ■ 



— \M — 



VIGÉE-LEBRÏ N (M mc ) 

i Utribué à) 

l \i — Portrait de Nathalie-Victurniene de Mortemart, mar- 
quise de Rougé. 

Représentée de face el coiffée d'une sorte d'échappé, elle est velue d'une 
robe de mousseline blanche retenue par une ceinture d'or. 
Forme ovale. 

T. — II., m ,65. L., 



//^o 



[ \'.\ — Nous reproduisons la note inscrite derrière ce tableau : 

Portrait de M. Dugaçon, faisant le rôle D'unique 
dans Syncope, parodie de Pénélope, représentée à 
la Cour, le 3 1 janvier ij86. » 

Forme ovale. 

T. — II.. 0, n 15. L.. m ,20. 



ff/ 



\ INCI (Léonard de) 
( Utribué à) 

\\ — La Vierge aux rochers. 

WATTEAU (Antoine) 
i Utribué à) 



T. — II.. 1°>,55. L., I ',25. 



1 1T) — La Danse paysanne. 




-C^e^t^^L. -^-c 



^X 



Dans un pare, un danseur \udedosfail vis-à-vis à une jeune femme, vêtue 
d'une robe de satin blanc et d'une petite veste bleue. Sur la droite, au pied d'un 
grand arbre, un musicien les accompagne en jouant de la vielle, pendant que 
d'autres personnages contemplenl cette scène. Au second plan, à gauche, un 
villageois lutine une jeune paysanne assise. 

II.. o'.iJ. L., n ,32. 



- ; , / l : 



j:^^o 



— \iS — 

\\ UTEAI i \mo,n, i 

( \llnhiio à i 

l 'ii; — L;i Promenade dans le Parc. 

jp /, y ^ * 11(> jeune femme, vétui lin blane, converse avec un jeune homme qui 

la regarde on s'appuyanlsur sa canne. \ gauche, derrière un musicien jouant 

de la mandoline, deux personnages échangent de galants propos. 

une fontaine ornée de statues; à travers les grands arbres du paie, on 

aperçoit le ciel et lui fond de paysage. 

T. — II.. 0",42. I 
deux tableaux, de forme primitivement ronde, ont été agrandis. 

XI RBARAN (Fran< tsco) 
<f&<? \\l — Sainte Marguerite. 

T. — II.. I",02. L., (i 



PASTELS 

AQUARELLES — DESSINS 
MINIATURES 



DESIGNATION 



des 



PASTELS, AQl BELLES, DESSINS, MINIATURES 



AUBRY (Louis-François) 
i is - Portrait d' ^nastasie de Crussol enfant. 4 £ » 

Forme ovale. 

Dessin au crayon noir rehaussé de blanc. 



I i9 — Portrait de Gérault de Crussol enfant. 

Forme ovale. 

Dessin au crayon noir rehaussé de blanc. 



v- 



BOUCHER (François) 
? 

150 — ■ Deux scènes de la tragédie de T^pdogune. j>^ 

Crayon noir rehaussé de blanc 

DESENNE 

151 — Sous un même cadre : Quatre scènes du poème Les 

Normands en Italie. 

6 



DESENNE 

4X 152 - Sous un même cadre Quatre scènes «lu poème Les 

/ Troubadours. 

153 — Sous un même cadre : Quatre scènes de pièces de 
théâtre 

Tirées des œuvres du marquis de Paslorel. 
Aquarelles avec lexte. 



ÉCOLE FRANÇAISE 

/Jf 154 Dessous d'un ponl el aqueduc. \ ue prise en Italie. 

aquarelle. 

*^"» 155 — Portrait de femme. 

l 'orme ronde. 
Pastel. 

GRENIER DE SAINT-MARTIN 



/y/o 



156 Portrait du comte Hervé de Rougé, <mi officier de 
hussards de la garde royale (1829). 

Sii.nH ; à gauche el dalé 1830 
Aquarelle. 

GREUZE 

i attribué à) 



i .". / l 'ortrail de Femme 

Pa tel. 



43 



HENRI DE FRANGE (comte de Chambord) 
158 — ■ Château en ruine. 

Signé à droite : I [enri. 
Aquarelle. 



f/' 



HESSE i \i.i:\ vndre) 



159 — Portrait du chancelier de Pastoret. /£- 

Sépia. 

Signé à droite el daté ls-j', . 



INGRES (J.-D.-A.) 
160 — Portrail de la marquise de Pastoret. *^-d> & & 

Le bras légèremenl appuyé sur le dossier de la chaise sur laquelle elle esl -cff *.*&++ * ^*c 

assise, elle retient de la main droite sa face à main. Sa tête, vue de trois /-> *>^ 

quarts, est ombragée par un large chapeau à plumes. - ; " s / y 

Mine de plomb. 

Signé à gauche el daté 1822. 



1 *"> 1 — Intérieur de la cathédrale de Reims. 

aquarelle. 



KILD 



6? 



'.'. - 



LA TOUR (De) 
162 — Portrait de M me Rouillé de l'Étang. 

Assise près d'une lable chargée de livres, elle s'abandonne aux réflexions que 
lui suscite probablement la leclure du volume qu'elle lienl à la main, pendant 
que de son bras accoudé, elle soutient l< gèren i i le pensive.Ses cheveux 

•» • >>**/ poudrés relèvent l'éclat de ses yeux vifs el intelligents. Retenu au cou par un 

ruban, un mantelel en velours rouge, 1- jeté si 

épaules, et laisse \<>ir ses bras nu I (les fines dentelles. 

< omme dan- ses plus beaux pastels, La Tour a su montrer une fois de plus 
combien il savait rendre l'intelligence el la vie el combien il est le maître en cet 
art où il n'a jamais été surpas 

Exposé en 1738 

Sous le n"."' lion ci i I n portrait au pastel r< 

sentant Y . . •. habilli n mantelet polonais, réfléchissant, un livre à 

la main, par M. De La Tour, agréé de l'Académie. » 

Pastel, — II.. ,61. I... 0" ,'.T. 



^J & <2 C? 



-v J 



163 Portrait de M. Rouillé «le l'Etang. 

Pastel. 



LA TOUR (De) 
(École de) 

164 Portrail du Chevalier de Jars. 

Il e i debout, le bras droit ap] i ur le dossier d'une chaise el prenant 
du tabac dans une tabaiiere d'or qu'il tient ouverte de la main gauche. 

Iv 

l .1 ■'.( )\l EN IL (Lauri de, mi mi ( :<>\i>r i 



//O 165 Portrait de la Marquise de Paslorel 

Pastel. 







AN G 






— 45 



OUDRY (J.-B.) 
166 — Chasse au loup. s/?<? 

I.;i\ is rehaussé de blanc. 
I(')7 — Chasse au cerf. 

/âf, 

Lavis rehaussé de blanc. f 



PALMERIUS 



168 — Paysage. 



Aquarelle. 
Signé en bas. 



H')'.) — Paysage. 



Aquarelle. 
Signé en bas. 



/f 



/<? 



PASTORET (La Chancelière de) 

170 — Son portrait. s a -& 

appuyée à la fenêtre, elle regarde la place Louis XV. 
Crayon noir. 

171 — Vue de la place Louis XV vers 1789. /& -Z 

L*auleur s'esl représentée assise, regardant la place d'une galerie de 
l'hôtel de Pastoret. 

Lusain. 

PIGEORY (Félix) 

172 — Intérieur de l'église Saint-Etienne-du-Mont, à Paris. xtt 

Aquarelle. 

Signé à droite. 



/ J J 



//J 



/ 



16 - 



RAFFET 



173 — La \ euve du Soldai . 

Sépia. 

Signé en bas. 



S \.\ZIO (Raphai i i 
( D'apn 

! 7 \ Les Quatre S\ billes. 

Aquarelle d'après les fresques de ■ Sainle-Marie-de-la-Paix à Rom 



\ ERNET (Carle) 



/ 175 — Deux Chevaux «le selle. 



Sépia. 

Si une'' ;'i droite. 



176 — ( Iheval en liberté 



Crayon noir rehaussé de blanc. 

Signe à gauche. 



l// — Un cidre contenant cinq miniatures : un portrail de 
femme et quatre portraits d'hommes. 

(Pourronl être vendus séparément.) 

/- 178 — Une miniature : portrail du duc de Bordeaux. 

/#{ I7 ( .> — Une miniature : portrait. • - - t&cp*ce***e~<- 

180 Sou- ce numéro seronl vendus les tableaux, dessins H 
aquarelles \\^n catalogué 



5426. — Libraii ies-Imprimei tes réunies, rue Mignon, 2, Paris. — Motteroz, I) r . 



S<*-/f -ma*' Sff/ t^/é&ïS^ '/ ^^r^*cr& 

Vente après déeès 



Qottectïoxx 



de 




Née de PJJSTO^ET 




Tableaux anciens et modernes 



SîSNfc 







0^ 




\%VT 



,'J y 



<r s 



% 



W K' 



\\ 



v vv 



*•/■?■ 




m 




y^rm 



y^ 



.v e 



^'V>9 





ioiK 







# ' 



**£(£& r£ J 






».* , 



U^ 



*-v 



•<>< 



►J<" 



;* 






#* 



JMft